hyde_bando

Spectacle de marionnettes et musique

Librement inspiré de l’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde

L’équipe : Texte – Serge Dotti / Mise en scène et manipulation – Aurélie Péglion / Musicien sur scène – Serge Pesce / Dessins des marionnettes – Edmond Baudoin / Création des marionnettes – Greta Bruggeman / Scénographie – François Guillaumet / Création lumière – Tom Garcia

Avec le soutien de la Région PACA, la SPEDIDAM, et le Conseil Général des Alpes maritimes


« L’histoire du Docteur Jekyll est connue. C’est l’histoire d’une créature qui échappe à son créateur. Un genre de marionnette qui devient araignée et dont la toile emprisonne bientôt Jekyll comme une proie. Qui manipule qui ? C’est le mystère de la marionnette. Dans cet univers tout devient extrême et le rire peut s’allier à la cruauté. »

Génèse

« La compagnie Gorgomar aime les rencontres… J’ai eu envie de réunir plusieurs artistes dont j’aime la démarche et l’univers. Baudoin, Dotti, Arketal, Pesce… Ayant déjà travaillé avec Serge Pesce, le musicien. Nous souhaitions aller plus loin dans la rencontre entre les multiples possibilités de la voix de l’acteur et la palette de sonore de son instrument la guitare Accommodée. Il nous fallait un troisième compère, la marionnette fût une évidence. Nous avions déjà travaillé avec ces petits êtres inanimés à qui il faut insuffler la vie. Dans cette perspective, j’ai suivis une formation afdas au jeu de marionnettes d’après des contes et des textes d’auteurs contemporains, avec la compagnie Arketal. (janvier 2008) Le stage m’a permis de choisir un jeu avec une manipulation des marionnettes à vue sur table. Un univers nous fait rêver mutuellement : celui de la science-fiction. « Une histoire de science-fiction est une histoire construite autours d’être humains, avec un problème humain, et une solution humaine et qui n’aurait pu se produire sans son contexte scientifique. » Théodore Sturgeon Chaque marionnettiste à un  maître . Je me suis naturellement tourné vers Serge Dotti pour l’écriture de l’adaptation. Sa grande expérience de la marionnette, lui a permis d’écrire un texte avec sept personnages pour un manipulateur. »

Aurélie Péglion


La mise en scène

Il s’agit d’adapter le roman de R.L Stevenson Docteur Jekyll et Mister Hyde. Stevenson se situe dans la lignée de Jules Verne, des extrapolations scientifiques et d’anticipation de la science.

La science : L’action se situe dans un monde quotidien décrit avec réalisme. Nous nous attacherons à garder la vraisemblance de l’histoire qui se construit avec logique et cohérence bien qu’elle prenne comme point de départ des hypothèses scientifiques fausses. Nous utiliserons la connaissance scientifique comme moyen d’envol de notre imaginaire. Le personnage de Jekyll est un médecin, dans la mouvance des savants du dix-neuvième siècle. La science et le progrès permettent de comprendre et de « maîtriser » l’univers. Docteur Jekyll rêve de toute puissance, il va transgresser l’interdit et veut rivaliser avec dieu. Savant fou ou apprentis sorcier il a le désir de connaître toujours plus et d’expérimenter. « Malheur à qui vient rompre les liens tissés par dieu ; Soyons toujours enfants du vent et des bruyères… »

Le double : Henry Jekyll invente un produit chimique qui provoque chez lui un dédoublement de personnalité, libérant ainsi sa part obscure. Il va donner naissance à son double effrayant et bestial. Il affirmera ainsi son existence, il désirera être Hyde même au prix de sa destruction…Précurseur des notions de conscient et subconscient, Stevenson nous permet d’aborder le thème de la folie et de la schizophrénie. Déchiré entre la lutte entre le bien et le mal, Jekyll n’en sortira pas vivant,ouf la morale est sauve… Mais nous ne pourrons cesser de penser au désir si violent de Jekyll à vouloir être Mister Hyde.

Le parti pris esthétique et le dispositif scénographique

La scénographie et les marionnettes sont dans un univers noir et blanc. Inspirés des décors réalistes du XIXe siècle mais avec une distorsion due a la folie de Jekyll. L’ensemble du dispositif scénique inspiré par Edmond Baudoin dessinateur de bande dessiner. Son dessin principalement axé sur le mouvement, les oppositions et les rythmes, mais aussi son esthétique noir et blanc nous permet de planter l’univers de l’intrigue policière. « La construction de marionnette est un art qui ne s’improvise pas. Pour atteindre les objectifs esthétiques et les exigences de jeu, il faut tenir compte des contraintes matérielles de l’objet. » Nous ferons appel au savoir faire de Greta Bruggeman de la compagnie Arketal, spécialiste des mises en volume et mise en mouvement de figure peinte ou dessiné.

Création des marionnettes : L’atelier Arketal à Cannes. Centre de formation et de recherche des arts de la marionnette. L’atelier Arketal a été inauguré le 30 novembre 2002. Ce projet est né de la volonté de Greta Bruggeman (factrice de marionnettes et scénographe) et Sylvie Osman (marionnettiste et metteur en scène) de créer et de développer des liens entre l’imaginaire de plasticiens, d’auteurs contemporains et le théâtre de marionnettes. 20 ateliers ont déjà été ouverts aux professionnels, aux publics amoureux de la marionnette, aux personnes en reconversion professionnelle. L’atelier Arketal parie sur la transmission des savoirs et des techniques, la créativité individuelle et le partage des expériences.

Démarche d’Arketal : « La marionnette est notre moyen d’expression comme d’autres utilise le pinceau, la glaise ou le stylo. Forme imaginaire, simulacre de vie, être de chair et d’esprit, la marionnette est le symbole incarné de notre condition humaine. Nous travaillons depuis de nombreuses années avec des peintres et des plasticiens car nous sommes en constante recherche d’une part sur la figure marionnette sa forme, le matériau et ses propriétés plastiques et d’autres part sur l’espace de jeu, modulable, ouvert qui d’année en année s’est mis au service de la dramaturgie. »

Hyde 1=2

L’histoire du Docteur Jekyll est connue. C’est l’histoire d’une créature qui échappe à son créateur. Un genre de marionnette qui devient araignée et dont la toile emprisonne bientôt Jekyll comme une proie. Qui manipule qui ? C’est le mystère de la marionnette. Dans cet univers tout devient extrême et le rire peut s’allier à la cruauté.


Le parti pris de la musique

Musique et Marionnettes : Serge Pesce

J’ai toujours été lié à la marionnette. Outre les nombreuses musiques de scène que j’ai écrit pour la compagnie Arketal, j’ai moi-même, dans mon travail, un rapport particulier avec l’objet qui prend vie. L’utilisation de moitié de ciseaux, cuillère, épingle à cheveux etc. au seing de la guitare accommodée en est une illustration. Non seulement je détourne et fait vivre ces objets différemment mais ils deviennent par le biais du son des personnages ou des décors que j’anime selon ma fantaisie. La voix d’ange par exemple est « quelqu’un » pour moi, c’est comme si j’avais une petite soprano que je manipule. Cela vient de très loin. Lorsque j’étais enfant, j’avais déjà besoin de créer un univers imaginaire que je faisais vivre précisément avec des marionnettes à gaine.Le projet « Dr Jekill & Mr Hide me tiens particulièrement à coeur à cause de tout cela mais aussi par le sujet même de la pièce. C’est un beau terrain de jeu. J’ajouterai à la guitare accommodée une machine qui me permettra de « boucler » mes sons et de les transformer encore plus. Le résultat sera, je l’espère, riche de nouvelles explorations sonores au service du sujet et de la pièce. Se posera aussi l’éternel problème de la présence du musicien sur scène dans une pièce de théâtre. Je serai l’orchestre, le chef d’orchestre et l’interprète, ou même les interprètes, dans une esthétique d’orchestre classique, même si la musique exécutée ne le sera pas. Une référence de plus à l’univers à la fois fin XIXe siècle et contemporain.