rita_marianne_bando

Création 2016 – Recherche en cours

Équipe de création : Aurélie Péglion – Argument, jeu / Caroline Cano, Serge Dotti – dramaturgie / Phillippe Maurin – Scenographie, marionnettes / Myriana Jukic – Costumes / Thomas Garcia – musique / Thierry Paladino – vidéo

Note d’intention

J’ai toujours cru que rien n’était impossible et je reste convaincue que l’espoir est vainqueur des pires situations. Enfant, le mercredi était mon jour préféré, celui que j’attendais trépignante. Avec maman, nous allions déguster la vieille ville, attachées à un rituel bien précis. En entrée, les odeurs d’encens de chez Poke, en plat de résistance, une immersion dans la librairie Jean Jaurès et enfin, pour le fromage-dessert-café, ma gourmandise préférée : la visite à Sainte Rita. Chaque mercredi soir en m’endormant, je priais pour raccourcir les six longs jours à venir qui me séparaient encore de notre prochaine escapade. Et les yeux clos, je distinguais parfois, au hasard d’un songe, les contours flous de la silhouette de Sainte Rita.

Je suis athée. Je suis athée convaincue.

Je crois en Sainte Rita. J’ai toujours cru en Sainte Rita.

Elle fait partie de ma mythologie. Sainte Rita, Sainte des causes désepérées.


  1. Sainte Rita et le Diable Thomas Garcia 3:41
  2. Sainte Rita et les moines Thomas Garcia 2:48

Voilà plusieurs années que je ressens le besoin de créer un univers qui parlerait de féminisme, de démocratie, de république, bref, de politique. Dans un monde où la violence fait loi et la perte des repères est inexorable, ce spectacle teinté d’impertinence viendrait tacler cette sinistre réalité. Remarquable personnage à la force théâtrale dont la destinée est digne des héros grecs, Sainte Rita m’évoque la figure de Marianne. Symbole de liberté et de démocratie, j’aime sa force, son courage et surtout, son sein à la fois nourricier et émancipateur. Elle est son double, son autre. Je m’imagine déjà seule en scène, incarnant Sainte Rita, ma Sainte Rita. Dans cet univers qui mêlerait habillement théâtre, marionnettes, manipulation d’objets et projections vidéos, le personnage effeuillerait une robe-castelet, laissant deviner les apparitions les plus magiques, farfelues, ou troublantes, pour atteindre l’essentiel, sa jumelle émancipée.